La Réserve naturelle de Saint-Martin est une aire marine protégée de 30km2 située au nord-est de l’île de Saint-Martin. Créé en 1998, cet espace préserve les cinq principaux écosystèmes de l’île : récifs coralliens, mangroves, herbiers de phanérogames, étangs et forêt sèche littorale. La Réserve gère également les 14 étangs du Conservatoire du littoral et ses 11 km de rivages terrestres naturels.

Presentation

Avant – En 2009, mise en place d’un remblai et défrichement de la mangrove

En janvier 2012, au sud de la plage de l’Anse Marcel, le remblais déposé illégalement en 2009 à l’embouchure du petit étang a été enlevé et le talus aplani, permettant de nouveau une meilleure communication entre l’étang et la mer.
Ces travaux ont été réalisés par le contrevenant, qui avait également arraché une partie de la mangrove à la même époque et avait alors été mis en demeure par la Réserve naturelle de remettre les lieux en état.
La végétation de type invasif qui recouvrait le remblais a été défrichée, mais il reste à planter des palétuviers dans la mangrove et des raisiniers en arrière plage, ainsi que des espèces caractéristiques de la forêt sèche.

Une pollution qui n’en finit pas

Alerté le 5 janvier 2012 par l’association des riverains des Terres Basses, Romain Renoux, le directeur de la Réserve naturelle, a constaté sur place un écoulement d’eaux usées répugnantes dans le Grand Étang des Terres Basses, en bordure d’un hôtel.
Le dysfonctionnement est apparemment dû au débordement d’un poste de relevage et n’est pas nouveau. Déjà en 2009, la Réserve naturelle avait dressé un procès-verbal au contrevenant.
La Réserve naturelle a contacté l’Établissement de l’eau et de l’assainissement de Saint-Martin (EEASM), qui a tenté de diagnostiquer le problème.
Une rencontre a été organisée sur le site entre la Réserve, la direction de l’hôtel, la préfecture, l’EEASM et la Générale des Eaux, en vue de résoudre définitivement la question, selon les préconisations de l’EEASM.
L’équipe de la Réserve reste très vigilante au sujet de cette pollution, le Grand Étang constituant un patrimoine naturel d’exception et totalement protégé.

Avant – En 2009, mise en place d’un remblai et défrichement de la mangrove
Après – En 2012, le remblai a été enlevé, mais il reste à replanter plusieurs espèces végétales
Les eaux usées s’écoulent de ce regard…
Et se déversent dans le Grand Étang des Terres Basses

All articles from: Newsletter-14

Restoration Of Degraded Areas And Populations

? Top