La Réserve naturelle de Saint-Martin est une aire marine protégée de 30km2 située au nord-est de l’île de Saint-Martin. Créé en 1998, cet espace préserve les cinq principaux écosystèmes de l’île : récifs coralliens, mangroves, herbiers de phanérogames, étangs et forêt sèche littorale. La Réserve gère également les 14 étangs du Conservatoire du littoral et ses 11 km de rivages terrestres naturels.

PLAN DE GESTION DE LA RESERVE NATURELLE NATIONALE DE L’ILE DE SAINT-MARTIN ET DES SITES DU CONSERVATOIRE DE L’ESPACE LITTORAL ET DES RIVAGES LACUSTRES

L’objectif prioritaire de la Réserve Naturelle Nationale de Saint-Martin est de contribuer à la conservation du patrimoine naturel et en particulier de la biodiversité des écosystèmes présents.

ENVIRONNEMENT ET PATRIMOINE NATUREL DE LA RESERVE DE SAINT-MARTIN

  • A 2.1 Le climat
  • A 2.2 L’eau
    • A 2.2.1 Hydrographie
    • A 2.2.2 Eaux marines
    • A 2.2.3 Les eaux des lagunes et étangs
  • A 2.3 Géomorphologie et géologie
    • A 2.3.1 Géologie sous-marine
    • A 2.3.2 Géomorphologie du littoral et du milieu marin peu profond
    • A 2.3.3 Géologie terrestre
    • A 2.3.4 Topographie
  • A 2.4 Les habitats naturels et les espèces de la Réserve Naturelle

Ces objectifs sont détaillés dans le tableau 40.
Ils visent à améliorer les connaissances sur les espèces et les milieux à partir des lacunes identifiées dans la section A. Tout d’abord les étangs, récemment mis en gestion à la Réserve Naturelle par le CELRL, pour lesquels les données disponibles restent insuffisantes. Un état

L’évaluation de la fréquentation par secteurs et par types d’activités (plongée, plaisance, rand. 2.2 Objectifs relatifs à la maîtrise des impacts anthropiques sur les espaces protégés

La démarche tendant à une intégration des milieux montagneux classés en ZNIEFF et localisés en vert sur la carte doit être amorcée, sachant que son aboutissement est envisagé à long terme (peut être au-delà des 5 ans du plan de gestion) (Tableau 42 et Carte 20). Il est nécessaire, dans un premier temps, d’explorer les moyens juridiques, réglementaires et financiers ainsi que les formalités administratives.

La principale finalité de ces objectifs est de restaurer les milieux dégradés par la pression des publics (touristes et populations locales) afin d’en assurer la protection. Ils sont donc complémentaires aux objectifs du plan déclinés de l’objectif principal 2 (Maîtriser les impacts anthropiques sur les espaces protégés).

Communication extérieure sur la Réserve Naturelle

La  communication est  indispensable pour  sensibiliser et  éduquer la  population locale  et touristique. Pour ce faire :
la documentation institutionnelle sera adaptée au contexte de Saint-Martin par une traduction en anglais. En effet, actuellement les campagnes de sensibilisation développées par les institutions de Guadeloupe (DIREN) sont produites exclusivement en français. Dans le contexte de Saint-Martin, où la majorité de la population est anglophone, cette documentation devra être éditée en anglais ;

Héron garde-boeufs -Etang du cimetière Gd-Case

Ces objectifs n’auraient pu apparaître que comme des moyens pour les missions précédentes.
Il a néanmoins été choisi de les faire figurer ici, en tant qu’objectifs propres, pour mettre en relief l’importance accordée aux missions d’accueil des publics et à la formation du personnel.
Ces objectifs sont détaillés dans le tableau 45.

Une priorité doit être accordée à la formation du personnel pour optimiser l’accomplissement des tâches.

Ces objectifs ont pour but de renforcer la collaboration et le partage de connaissances entre les gestionnaires des différentes AMP à l’échelle locale (Caraïbe) et nationale.
Dans ce cadre, le personnel de la Réserve Naturelle participera activement aux différentes réunions,  colloques et séminaires organisés dans la région caribéenne et en métropole par RNF, Gulf and Caribbean Fischeries Institute (GCFI), DIREN Guadeloupe…
Des rencontres régulières entre gestionnaires du Parc Marin de Sint Maarten et de la Réserve Naturelle de Saint-Barthélemy seront organisées.

Les opérations définies par la Réserve Naturelle pour la période de 5 ans du plan de gestion sont présentées ci-après. Au total, 104 opérations ont été programmées. Ce nombre peut paraître ambitieux mais il est justifié par un territoire multipolaire composé de 3 milieux distincts (marin, terrestre et lacustre) nécessitant de la part du gestionnaire des actions et des moyens spécifiques. Soulignons la nécessité de créer un poste supplémentaire de garde et un de secrétaire comptable dès la première année de la mise en place du plan de gestion. Ces renforts humains doivent conforter et crédibiliser la programmation des opérations ainsi présentées.

Les différentes opérations identifiées ont été inscrites dans un plan de travail élaboré pour 5 ans.
Cette planification tient compte des disponibilités humaines et matérielles propres à la Réserve Naturelle et des priorités de mise en oeuvre des opérations.
Le temps à consacrer à chacune de ces opérations (ponctuelles ou cycliques) a été estimé le plus précisément possible, pour ce qui concerne le personnel de la Réserve Naturelle (en journées individuelles de travail).

? Top