La Réserve naturelle de Saint-Martin est une aire marine protégée de 30km2 située au nord-est de l’île de Saint-Martin. Créé en 1998, cet espace préserve les cinq principaux écosystèmes de l’île : récifs coralliens, mangroves, herbiers de phanérogames, étangs et forêt sèche littorale. La Réserve gère également les 14 étangs du Conservatoire du littoral et ses 11 km de rivages terrestres naturels.

Réserve Naturelle de Saint-Martin

IRMA & Consequences...

Ravagée par le cyclone Irma, la Réserve naturelle de Saint-Martin a un besoin urgent de notre aide.
20 ans de travail réduit à néant et un besoin urgent de fonds pour réparer, reconstruire et réhabiliter dans les meilleurs délais.
Merci d'avance!

Cliquez ici pour soutenir la Réserve Naturelle de St-Martin Vs Irma

Destroyed by hurricane Irma, the Nature Reserve of Saint Martin urgently needs our help.
20 years of work destroyed in one night! They need funds to repair, rebuilt and restore.
Thank you very much in advance.

Click here to support Reserve Naturelle de St-Martin Vs Irma

Reserve Naturelle de St-Martin / IRMA

 

Le Journal de la RESERVE NATURELLE DE ST.MARTIN

Journal de la Réserve Naturelle de St.Martin #30

Réserve Naturelle de St-Martin

Journal-30

Téléchargez le PDF:
Download PDF - Télécharger le PDF
informational sign after Irma

Saint-Martin se préparait à célébrer les 20 ans de sa réserve naturelle et n’avait pas invité Irma à se joindre aux festivités.
En quelques heures, les vents de près de 360 km/h de ce cyclone sans précédent ont réduit à néant les fruits de 20 ans de travail.
Pour notre patrimoine naturel, les dégâts sont considérables. Les mangroves ont été anéanties.
 

Les fonds marins et notamment les coraux, qui souffraient déjà des effets du changement climatique, ont été ruinés. Une multitude de déchets, emportés par les éléments, pollue l’ensemble des espaces protégés du littoral et des étangs.

L’étang de la Barrière à Cul-de-Sac -The pond in Cul de Sac

Les aménagements mis en place ces dernières années n’existent plus ou sont très endommagés :

  • l’observatoire des baleines au Galion,
  • 4 observatoires aux oiseaux, 2 sentiers dans la mangrove,
  • des dizaines de panneaux informatifs,
  • 5 carbets, 8 bouées de délimitation,
  • une trentaine de bouées de mouillage,
  • un radeau de nidification,
  • un sentier sous-marin,
  • un embarcadère,
  • des pépinières de coraux,
  • des habitats artificiels sous-marin,
  • des chantiers de reboisement du littoral...

Le ponton à Pinel - The pier in Pinel © Manu Demanez

Un carbet à Coralita - A shelter on Coralita

La maison de la Réserve naturelle à Anse MarcelLa Maison de la réserve, à Anse Marcel, a été inondée et deux véhicules, heureusement assurés, sont hors d’usage.
Il n’existe malheureusement pas d’assurance pour les espaces naturels et les dégâts sont estimés à près de 850 000 euros pour les seuls aménagements.
Plus de la moitié du budget de la réserve repose sur sa capacité à s’autofinancer à hauteur de 470 000 euros par an, grâce aux activités économiques et écotouristiques autorisées à travailler sur ses plus beaux sites.

Il est clair que la fréquentation touristique sera inexistante fin 2017 et quasiment nulle en 2018.

Cet autofinancement sera réduit à néant, alors que la réserve a besoin plus que jamais de fonds pour réhabiliter son patrimoine mis à mal.
L’île de Tintamare, l’Ilet Pinel, le Rocher Créole, la baie du Galion, Petites Cayes et Wilderness étaient les joyaux naturels de Saint-Martin et de sa réserve naturelle, les derniers espaces protégés de la partie française, chers à la population de l’île et à ses visiteurs.

La dégradation de ce patrimoine naturel a ainsi de lourdes conséquences sur l’écotourisme, les activités nautiques et l’activité économique en général.

L’entrée du chemin des Froussards à Anse Marcel

L’observatoire aux Oiseaux de l’étang de Chevrise

L’observatoire aux oiseaux à Cul-de-Sac - Impossible. The bird observatory in Cul de SacL’étang de l’Anse Marcel - The Anse Marcel pond La plage du Galion - Galion beach

 

Pour autant nous ne baissons pas les bras.

Il s’agît désormais de nettoyer les espaces terrestres, marins et lacustres.
Les aménagements, l’ensemble des équipements détruits ou endommagés ainsi que les espaces d’accueil du public seront remis en place grâce au soutien financier du Conservatoire du littoral.

Nous y travaillons déjà.

Dans le même temps nous proposerons dès cette semaine grâce au soutien financier de l’Agence française de la biodiversité des actions innovantes de reconquête de la biodiversité et de restauration écologique en mer, à terre et pour les espaces lacustres.

Seul et sans moyens, la tâche serait colossale… L’observatoire aux oiseaux à Cul-de-Sac

- Impossible.

Les dégradations et les destructions ont été violentes lors du passage d’Irma pour les biens des personnes et la population de Saint-Martin.
Pour la biodiversité de l’île, le pire est à venir pour de nombreuses espèces si nous n’intervenons pas dans les meilleurs délais pour restaurer les habitats naturels :

  • la végétation du littoral essentielle pour les tortues marines pendant la saison de ponte
  • les mangroves et les espaces lacustres,
  • nurseries pour les espèces marines et site de repos et de nourrissage pour plus de 50 espèces d’oiseaux dont certaines en voie d’extinction
  • les habitats marins notamment les coraux et les herbiers indispensable à la vie marine dans notre région.
Aussi, en complément de ces soutiens nous avons organisé un appel aux dons
par l’intermédiaire du site gofundme
https://www.gofundme.com/reserve-naturelle-stmartin-vs-irma
Afin de compléter ces aides.

Pour finir, nous étions à la veille de déposer l’autorisation du permis de construire de l’Institut Caribéen de la biodiversité insulaire.

Aujourd’hui, les préoccupations de tout à chacun vont à l’urgence et aux rétablissements de notre mode de vie.
Pour autant, nous continuons sans relâche de promouvoir la réalisation de l’Institut qui apparaît aujourd’hui comme le symbole de la reconstruction de Saint-Martin qui se doit d’être exemplaire, innovante et respectueuse des spécificités géologiques, géographiques et climatiques de notre région.
L’Institut caribéen de la biodiversité insulaire de Saint-Martin est plus que jamais d’actualité après les dégâts causés par les passages d’Irma et de Maria, au regard des thématiques qu’il se propose de développer en matière de lutte contre les effets du changement climatique, de reconquête de la biodiversité, de recherches scientifiques, de préconisations en matière d’urbanisme, de développement et d’aménagement du territoire, de stratégie touristique…

Il y a un avant Irma et il y aura un après Irma. Notre avenir, celui de Saint-Martin et de sa population dépend désormais de nos choix.

Mes plus vifs et chaleureux remerciements vont à l’Agence française de la biodiversité, au Conservatoire du littoral, au ministère de l’Écologie, à Réserves naturelles de France, à tous nos soutiens et nos autres partenaires.

Nicolas Maslach,
Directeur de la Réserve naturelle de Saint-Martin

The Caribbean Institute For Insular Biodiversity to come
Le futur Institut caribéen de la biodiversité insulaire

Réserve Naturelle de St-Martin

La baie de Cul-de-Sac - Avant

Pour la Réserve naturelle de Saint-Martin, Irma représente un événement particulier dont l’impact sur la faune et la flore reste à évaluer, maintenant et dans le futur.

Si la mangrove et les fonds marins ont été de toute évidence mis à mal, de nombreuses questions restent posées.

Quid des gaïacs à Tintamare ? Du scinque, ce petit lézard récemment redécouvert sur l’îlot Tintamare alors qu’on le croyait disparu ?

Des tortues marines dont c’était le pic d’activité de la saison de ponte, de l’avifaune ?

...+ infos

L’étang du cimetière à Grand-Case - The cementery pond in Grand Case

Là où elle était encore présente et en bonne santé, la mangrove a joué son rôle de seconde ligne de protection contre la houle cyclonique, derrière les récifs coralliens, souvent dégradée hélas.

En atténuant l’énergie de la mer, cette forêt littorale d’arrière-plage a énormément souffert. Elle a été cassée, défoliée, ensevelie et abrasée par le sable transporté par la houle, et recouverte par les débris, laissés au retrait de la mer ou apportés par le vent.

Le point positif est que ces milieux très dynamiques sont habitués au stress - qu’il ait pour origine le vent, la houle ou l’homme - et que la mangrove va récupérer avec le temps, pourvu qu’on la respecte et qu’on...+ infos

Oiseaux dans la mangrove, avant Irma - Birds in the mangrove, before Irma

Où sont passés les oiseaux ?

Hormis les sucriers, que l’on voit partout et parfois aux côtés d’un colibri, les pélicans, les aigrettes, les frégates et autres espèces de plus grande taille sont rares.

On observe çà et là de petits groupes d’individus composés de diverses espèces. La Réserve naturelle espère que les oiseaux se sont déplacés avant le passage d’Irma et qu’ils reviendront prochainement.

De nombreuses espèces présentes à Saint-Martin sont migratrices - comme le noddi brun, qui normalement n’était plus à Tintamare début septembre - et les longues distances ne leur font pas peur.

Nous devrions revoir un grand nombre d’espèces au...+ infos

This coral nursery has been destroyed

À l’heure où nous bouclons ce journal, l’interdiction de naviguer est toujours en vigueur et l’équipe de la Réserve n’a pas encore pu plonger pour constater les effets du cyclone sur le milieu sousmarin.

Ce qui est certain, c’est que ce milieu a directement souffert du passage d’Irma, du fait de l’intensité de la houle et des sédiments mis en suspension. Parmi les atteintes attendues, on peut citer l’arrachement des herbiers, en raison du déplacement d’une grande quantité de sable et de vase, et un sablage des zones rocheuses et récifales
Le suivi annuel des fonds marins était programmé juste après le passage d’Irma et aura lieu dès que la visibilité dans l’eau,...+ infos

Irma a provoqué un déplacement massif de sable, qui a modifié l’aspect des plages, la courantologie et le fonctionnement de certains étangs et lagunes
. Mais l’expérience nous a enseigné que l’aspect des plages devrait revenir à la normale, petit à petit.
Un diagnostic des sites de pontes des tortues marines de Saint-Martin sera réalisé, afin de caractériser ces évolutions par comparaison avec les données antérieures.

...+ infos

Déchets près de Club Orient - Debris next to Club Orient

Au delà de l’aspect environnemental, l’aspect sécuritaire est essentiel dans la collecte et l’évacuation des déchets.
Une tôle restée enfouie dans la nature se transformera à nouveau en projectile lors du prochain événement cyclonique.
Les nombreux conteneurs atterris dans les endroits les plus improbables devront souvent être découpés en petits morceaux pour être évacués.

Un travail difficile, mais nécessaire.

...+ infos

La nouvelle route vers l’écosite, à flan de colline - The new road towards the eco-site (ex dump) up on the hill

L’urgence faisant loi, une nouvelle route a été construite à flan de colline, au-dessus de la plage de Grandes Cayes et de l’ancienne “route de la décharge”.
Souhaitée depuis de nombreuses années par la Réserve naturelle, cette nouvelle voie offre un accès direct et permanent à l’écosite.
Sa création a été validée par la Collectivité après Irma, à l’initiative de Jean-Pierre Tey, le directeur de l’écosite, du fait de l’impossibilité d’utiliser la route habituelle, creusée jusqu’à la roche ou envahie par le sable.
Le génie de l’armée a encadré sa réalisation, avec l’aide de ses hommes et de son matériel.
Les abords de la plage de Grandes cayes devraient ainsi à...+ infos

La plage de Grandes Cayes, très étroite avant Irma - Grandes Cayes beach, very narrow before Irma

L’excellente nouvelle - il y en a au moins une ! - est que la disparition de l’ancienne “route de la décharge” offre l’opportunité de réhabiliter le littoral de Grandes Cayes et de le dédier à l’accueil du public.
Prévu de longue date sur ce site de ponte des tortues marines, ce projet aura finalement vu le jour grâce à Irma.

Que l’on ne remerciera tout de même pas !

...+ infos

Nouveau chenal au Galion © Alexina Paya

Irma a profondément modifié le rivage, comme on le voit au Galion, où une connexion est apparue naturellement entre les salines d’Orient et la baie de l’Embouchure.
Cette liaison a permis d’évacuer le trop plein d’eau accueillie par les zones humides et permet actuellement un meilleur renouvellement des eaux circulant au sein des deux étangs de la baie, soit des eaux plus claires, moins oxygénées et moins chaudes.
Les conséquences sont a priori très positives pour les espèces animales et végétales, précédemment soumises à d’importants stress en saison sèche.
La pérennisation de ce chenal pourrait grandement améliorer la qualité des étangs de la baie de l’Embouchure...+ infos

Saint-Barth, votre bouée est ici !

La bouée visible et pour le moment statique au large de la plage de Grandes Cayes a dérivé depuis Saint-Barthélemy après que sa chaîne se soit rompue.
Il s’agit en effet d’une bouée de délimitation de la Réserve marine de l’île soeur.+ infos

Libération d’une tortue à Oyster Pond Release of a turtle in Oyster Pond © Philippe Joly

Trois tortues au moins sont venues pondre sur les plages de Saint-Martin depuis le passage d’Irma. Si la houle cyclonique a certainement impacté de manière notable les pontes survenues en juillet et août, les tortues nous signifient ainsi leur volonté de continuer à venir pondre sur nos rivages.
La première a été vue une semaine après le cyclone, sur la plage de Grandes Cayes justement envahie par le sable.
La seconde, venue pondre sur la plage de Coralita, à Oyster Pond, a d’abord été capturée puis ficelée par un individu mal intentionné.
Elle a heureusement pu être relâchée grâce à la mobilisation des riverains et des forces de gendarmerie.
Et une dernière...+ infos

L'Equipe

Nicolas Maslach

- Nicolas Maslach

Directeur et Conservateur de la RNN et représentant du Conservatoire du littoral

Franck Roncuzzi

- Franck Roncuzzi

Responsable du pôle "Police de la Nature, administration et logistique" :
commissionnements faune / flore, circulation des véhicules terrestres à moteur

Julien Chalifour

- Julien Chalifour

Pôle "Missions et suivis scientifiques"

Christophe Joe

- Christophe Joe

Pôle "Police de la Nature et sensibilisation" :
commissionnement Conservatoire du littoral

Amandine Vaslet

- Amandine Vaslet

Chargée de mission CAR-SPAW/ RNSM "
Projet Européen BEST"

Caroline

- Caroline

Chargée d’étude pôle « Missions et suivis scientifiques » "
Milieux terrestres et lacustres

? Haut