La Réserve naturelle de Saint-Martin est une aire marine protégée de 30km2 située au nord-est de l’île de Saint-Martin. Créé en 1998, cet espace préserve les cinq principaux écosystèmes de l’île : récifs coralliens, mangroves, herbiers de phanérogames, étangs et forêt sèche littorale. La Réserve gère également les 14 étangs du Conservatoire du littoral et ses 11 km de rivages terrestres naturels.

Réserve Naturelle de Saint-Martin

IRMA & Consequences...

Ravagée par le cyclone Irma, la Réserve naturelle de Saint-Martin a un besoin urgent de notre aide.
20 ans de travail réduit à néant et un besoin urgent de fonds pour réparer, reconstruire et réhabiliter dans les meilleurs délais.
Merci d'avance!

Cliquez ici pour soutenir la Réserve Naturelle de St-Martin Vs Irma

Destroyed by hurricane Irma, the Nature Reserve of Saint Martin urgently needs our help.
20 years of work destroyed in one night! They need funds to repair, rebuilt and restore.
Thank you very much in advance.

Click here to support Reserve Naturelle de St-Martin Vs Irma

Reserve Naturelle de St-Martin / IRMA

 

Le Journal de la RESERVE NATURELLE DE ST.MARTIN

Journal de la Réserve Naturelle de St.Martin #29

Réserve Naturelle de St-Martin

Journal-29

Téléchargez le PDF:
Download PDF - Télécharger le PDF
Daniel Gibbes, Président de la Collectivité de Saint-Martin

L’année prochaine, notre Réserve naturelle fêtera son vingtième anniversaire.

Depuis près de deux décennies, l’équipe dynamique et impliquée de la Réserve naturelle de Saint-Martin a su concilier nos spécificités locales et la conservation de la riche biodiversité de notre île.

A Saint-Martin, on a souvent opposé développement économique et préservation de l’environnement. Les deux vont pourtant de pair ! Notre territoire vit du tourisme : si nous n’offrons pas à nos visiteurs des sites préservés, des plages propres, des eaux de baignade de qualité, ils ne viendront plus ! Le maintien de notre biodiversité et la préservation des différents écosystèmes marins et terrestres à Saint Martin sont une priorité. Dans l’objectif d’améliorer toujours plus notre cadre de vie, je souhaite en outre que nous nous investissions dans des thématiques importantes pour la lutte contre le changement climatique et en faveur du développement durable. Je pense notamment par exemple à la lutte contre la prolifération des espèces invasives mais aussi à la reconquête des berges des étangs, avec la création de sentiers pédestres autour de ces zones humides qui ne sont pas des poubelles, mais des espaces de découverte !

Je soutiens en outre pleinement le projet d’Institut caribéen de la biodiversité insulaire, qui va permettre de renforcer nos réflexions, nos moyens et nos stratégies en matière d’aménagement du territoire, d’urbanisme et de consommation d’énergie : je souhaite que ce bel outil, au service de notre territoire et de sa population, sorte rapidement de terre. Daniel GIBBES Président de la Collectivité de Saint-Martin

Réserve Naturelle de St-Martin

L’amélioration des connaissances sur les espaces et les espèces protégées

L’équipe prête à poser une balise - The team ready to place a satellite beacon © Agence de l’environnement de Saint-Barth

L’objectif de la mission Megara est de renforcer les connaissances sur les baleines à bosse, dans tous les domaines. Cette année encore, du 13 au 18 mars, la Réserve naturelle de Saint-Marin a coordonné Megara avec l’association Megaptera, présidée par Michel Vély, l’Agence territoriale de l’environnement de Saint-Barthélemy, l’association Mon école, ma baleine et le soutien du gouvernement d’Anguilla, qui a facilité l’obtention des autorisations pour la prospection sur son territoire marin. Ces cinq jours de mission ont réuni à bord d’un catamaran une quinzaine de participants dans les eaux de Saint-Martin, Anguilla et Saint-Barth. Bilan : 25 écoutes sous-marines dont 60% positives et 9...+ infos

Herbier - Plant beds © Julien Chalifour

Mettre en commun les expériences. Et savoir ainsi ce qui se fait ailleurs. Mais aussi harmoniser les méthodologies et identifier les indicateurs. Cette démarche scientifique a été adoptée du 4 au 10 avril 2017 en Martinique, à l’occasion d’un atelier organisé par l’IFRECOR et des services en charge de l’application de la Directive Cadre sur l’Eau européenne, au sujet des récifs coralliens et des herbiers de phanérogames marines. Le but était bien évidemment de mieux connaître ces écosystèmes fragiles, afin de mieux les protéger.+ infos

Fanny Kerninon, interlocutrice IFRECOR pour le suivi de l’état de santé des herbiers en outre-mer, débute une thèse dont l’objectif est de produire une boîte à outils “suivi des herbiers”. Elle a réalisé sa première mission dans le cadre de cette thèse à Saint-Martin où, avec le concours des agents de la Réserve, elle a lancé le protocole sur trois stations : le lagon de Tintamare, la baie du Galion à proximité de l’étang aux Poissons et enfin au Rocher Créole, station historique où la Réserve naturelle a m

Fanny Kerninon, interlocutrice IFRECOR pour le suivi de l’état de santé des herbiers en outre-mer, débute une thèse dont l’objectif est de produire une boîte à outils “suivi des herbiers”. Elle a réalisé sa première mission dans le cadre de cette thèse à Saint-Martin où, avec le concours des agents de la Réserve, elle a lancé le protocole sur trois stations : le lagon de Tintamare, la baie du Galion à proximité de l’étang aux Poissons et enfin au Rocher Créole, station historique où la Réserve naturelle a mis en place un suivi scientifique depuis 2009. Trois plongées ont été réalisées sur chaque station, avec l’observation de plusieurs paramètres sur un couloir de 50 mètres de long :...+ infos

La maîtrise des impacts anthropiques sur les espaces protégés

Opération contre la pollution aux hydrocarbures - A Plan To Fight Hydrocarbon Pollution

Que faire en cas de pollution aux hydrocarbures ? Qui agit et comment ? Une formation dispensée par des experts métropolitains et le service des Phares et balises de Guadeloupe a permis de transférer les compétences en cette matière à plusieurs acteurs locaux, qui sont aujourd’hui aptes à intervenir en apportant une réponse structurée et une équipe d’intervention constituée au cas où une nappe d’hydrocarbures menace les côtes de Saint-Martin. L’ensemble du personnel de la Réserve naturelle y a participé, aux côtés des gendarmes de la brigade nautique, de la SNSM, du personnel des deux marinas de Marigot et des services de la Collectivité. La préfecture et la Direction de la Mer ont...+ infos

Atelier en Martinique en avril 2017 Workshop in Martinique in April 2017

Que deviennent les données stockées sur nos ordinateurs ? Où seront-elles dans 20 ans ? Et après ? Big question à laquelle l’IFRECOR et l’État ont apporté une réponse en ce qui concerne les récifs coralliens et les herbiers français. À l’issue de l’atelier organisé en Martinique en avril 2017 (lire l’article page 20), une formation technique a présenté un nouvel outil aux gestionnaires d’aires marines protégées. Cet outil géré par IFREMER permet de stocker et sécuriser toutes les données recueillies par chacun, mais aussi d’en faciliter l’échange et donc permettre une meilleure exploitation des connaissances, ainsi qu’une meilleure interprétation. Et tout cela au niveau national. La...+ infos

Trois petits poussins repérés sur le radeau aux terres Basses - Three baby birds seen on the raft in the Lowlands © Caroline Fleury

Nos lecteurs se souviennent sans doute que la Réserve avait mis à l’eau en octobre 2016 un radeau sur le Grand Étang, aux Terres Basses, afin de favoriser le repos et la nidification des petites sternes, au nombre de 75 sur le site. Le principe fonctionne très bien, excepté le fait que ce sont des échasses d’Amérique qui se sont appropriées l’embarcation en premier. Trois poussins ont été repérés aux jumelles par Caroline Fleury, chargée d’étude milieux terrestres et lacustres, qui a conçu et dessiné le radeau. L’expérience a prouvé ailleurs que plusieurs espèces pouvaient cohabiter sur un même radeau et la Réserve ne perd pas espoir que la petite sterne, dont l’espèce est protégée, se...+ infos

Actions de Police

La tortue blessée - The wounded turtle

Le dimanche 12 mars, un riverain informe la Réserve qu’une tortue caouanne est en danger sur la plage de Grandes Cayes, blessée par la flèche d’un fusil harpon. La Réserve aiguille l’animal vers la clinique vétérinaire de Hope Estate, qui prend en charge la tortue, retire la flèche et suture la plaie. Le reptile est ensuite remis à l’eau un peu plus tard dans la soirée. Sachant qui est le chasseur, la Réserve fait un procès-verbal de déclaration, suivi de l’audition du coupable par la gendarmerie.+ infos

Les poissons saisis - The fish seized

Un filet de 100 mètres de long au Galion

La pêche est interdite dans la Réserve, mais cela n’empêche pas un braconnier de Quartier d’Orléans de régulièrement poser un filet de 100 mètres en baie du Galion. Conciliants, les gardes lui ont déjà demandé à quatre reprises d’arrêter cette pratique illégale, mais il persiste. Le 3 mars 2017, après qu’il ait menacé les gardes de prendre des informations sur eux et de les retrouver, il a fait l’objet d’un procès-verbal, que la Réserve naturelle a transmis à la brigade nautique.

Saisie d’un filet de 300 mètres

Le 13 mai 2017 vers 17h00, un témoin appelle la Réserve pour informer qu’un individu est en train de poser un filet à la sortie de la baie de Cul-de-Sac, en pleine réserve naturelle. Les gardes vérifient les faits depuis la terre et décident d’intervenir avant la nuit afin de limiter le nombre de poissons pris au piège. Ils ont constaté que le filet, long de 300 mètres, était déjà calé et l’ont relevé et saisi. Mais plusieurs poissons étaient déjà morts.+ infos

Photo IOTV

Fin avril 2017, un groupe de croisiéristes ayant loué des quads à Philipsburg n’a rien trouvé de mieux à faire que de traverser la passe peu profonde qui relie le site de l’observatoire aux baleines, sur la route de Coralita, à la petite île distante de 200 mètres.+ infos

La restauration des milieux et des populations dégradées

À la pêche au poisson-lion - Fishing lionfish

Le poisson-lion présent à Saint-Martin est-il ou non porteur de la ciguatera ? Deux chercheurs de l’Université de Guadeloupe ont procédé du 23 au 26 mai 2017 à des prélèvements in situ, avec l’aide logistique de la Réserve, et l’on attend les résultats. L’objectif des deux scientifiques était de capturer une trentaine de poissons de cette espèce invasive, sur des sites différents, afin d’effectuer des analyses sur la présence de ciguatera dans leur chair. Seize individus seulement ont pu être pêchés, la densité du poisson-lion étant bien inférieure à Saint-Martin à ce qu’elle est en Guadeloupe. Pourquoi ? Peut-être parce que cette espèce invasive a davantage de prédateurs à Saint-Martin...+ infos

Destruction du centre équestre - Demolition of the equestrian

Comme annoncé dans notre précédente édition, le centre équestre du Galion rouvrira, dans le cadre d’un appel d’offres qui sera prochainement lancé au niveau régional et national. En attendant, le Conservatoire du littoral a décidé de raser le site existant et de transférer le centre équestre sur le site tout proche du refuge pour animaux, illégalement installé sur une parcelle classée en réserve naturelle. Le 10 juin, une société locale de travaux publics a démoli les anciens bâtiments et transporté les gravats, le bois et les métaux à l’écosite de Grandes Cayes, où ces matériaux ont été triés dans les règles de l’art.+ infos

Le perforateur sous-marin - The underwater drill

17 bouées de mouillage tip top à Tintamare
Les 17 bouées de mouillage mises en place par la Réserve naturelle à Tintamare, dont certaines étaient endommagées, ont toutes été réparées. Les gardes attendaient de pouvoir disposer localement d’un perforateur sous-marin pour effectuer ces travaux, réalisés fin mai 2017.

De nouveaux panneaux, interactifs
L’été 2017 verra le remplacement de tous les panneaux informatifs de la Réserve naturelle. Les prochaines panneaux seront équipés d’un QR code qui permettra au public équipé de smartphones de se rendre directement sur le site internet de la Réserve naturelle de Saint-Martin.+ infos

L’optimisation des moyens pour assurer la qualité des missions

Bye bye Romain!

Arrivé à la Réserve naturelle en 2010, Romain Renoux quitte Saint-Martin pour Monaco, où il sera prochainement en charge de coordonner les fonds dédiés à l’ensemble des aires marines protégées (AMP) de Méditerranée, puis de la mise en place d’un mécanisme d’attribution de subventions en faveur de ces AMP. Son expérience au sein du projet européen BEST, qui comporte une belle similarité et dont il a été responsable pour le hub caraïbe de 2013 à 2017, lui sera très utile. Également correspondant du sanctuaire Agoa à Saint-Martin, il se félicite que l’ensemble des actions menées à Saint-Martin fasse l’objet d’une reconnaissance de l’ensemble des partenaires sur le rôle de “hub” que joue l’...+ infos

36ème congrès des réserves de France - 36th conference for French Nature Reserves

300 personnes ont participé au congrès annuel des réserves naturelles de France (RNF), qui s’est tenu du 29 mai au 2 juin 2017, à Schoelcher, en Martinique. La Réserve de Saint-Martin était représentée par son directeur, Nicolas Maslach, accompagné de Julien Chalifour, en charge du pôle scientifique, et de Franck Roncuzzi, responsable du pôle Police de la nature. Cette grand-messe des réserves de France voit chaque année l’élection des bureaux et la constitution des différentes commissions. Ainsi, Franck Roncuzzi participe à la commission Police et personnel et Julien Chalifour à la commission scientifique. Et tous les trois font partie de la commission outre-mer, qui célébrait ses dix...+ infos

La communication et l’éducation environnementale

© Franck Roncuzzi

Une trentaine de lycéens de la Cité scolaire connaissent aujourd’hui l’îlet Pinel sur le bout des doigts. Le vendredi 19 mai, ils ont passé l’après-midi sur ce site idyllique, à terre et dans l’eau. À terre, ils ont bénéficié d’une visite guidée avec Ashley Daniel et Caroline Fleury, qui leur ont présenté la flore, leur ont expliqué la ponte des tortues marines sur la plage et les ont informés de la forte présence sur l’îlet de l’espèce invasive Iguana iguana, l’iguane commun qui supplante aujourd’hui l’espèce endémique Iguana delicatissima. Dans l’eau, Amandine Vaslet et Julien Chalifour ont pris le relais en leur dévoilant l’écosystème constitué par les herbiers, les récifs coralliens...+ infos

Nageoire caudale d’une baleine à bosse dans la Réserve naturelle de Saint-Martin - Caudal fin of a humpback whale in the Nature reserve of Saint Martin © Michel Vély

Conformément à son plan de gestion, le sanctuaire Agoa émet des recommandations et préconise les bons gestes lors de manifestations nautiques d’envergure, afin de réduire les impacts potentiels sur les mammifères marins et les risques de collision, de dérangement et de harcèlement. En 2017, cinq régates et de très nombreux bateaux ont bénéficié de ce soutien : la Heineken Regatta en mars avec 220 voiliers engagés ; la Bucket, à Saint-Barth, avec 40 grands voiliers, également en mars ; les Voiles de Saint-Barth, pendant laquelle 70 voiliers ont régaté en avril ; la Mini Bucket, en avril, avec 80 participants et enfin l’Hippocup en juin, qui a vu 32 voiliers régater entre Saint-Martin,...+ infos

Le renforcement de l’intégration régionale

Vue sur le Marine Park d’Aruba - View of the Aruba Marine Park © Romain Renoux

Créer une aire marine protégée. Voici le défi que s’est lancée l’île néerlandaise d’Aruba avec son tout récent Marine Park. Situé en bordure des dernières zones côtières préservées de cette île éminemment touristique, le Marine Park d’Aruba est situé dans la continuité du parc national terrestre Arikok, du Spanish Lagoon - zone humide classée RAMSAR - et de la plage de Mangel Halto. Le projet, porté par la Direction de la nature et de l’environnement au sein du gouvernement de cette île, bénéficie d’un financement du programme européen BEST en faveur des PTOM, à hauteur de 300 000 euros, sur un budget total de 350 000, de mai 2016 à avril 2019. Aruba a également reçu le soutien de BEST...+ infos

Les participants au Forum - Forum participants

Chaque année, l’Union européenne invite les pays et territoires d’Outre-mer (PTOM) du monde entier à un grand Forum destiné à faire le point sur l’appui que l’Europe apporte et peut apporter à ces territoires. La dernière rencontre a eu lieu les 23 et 24 février 2017 à Aruba et a permis aux délégations venues de l’Atlantique, de la Caraïbe, du Pacifique, de l’Océan Indien et même des Terres australes de rencontrer les représentants de la Commission européenne et des quatre états membres (Danemark, France, Pays-Bas et Royaume-Uni). Romain Renoux, coordinateur du projet européen BEST pour les îles de la Caraïbe, était là bien sûr et a pu valoriser les actions concrètes de préservation de...+ infos

Mission de reconnaissance sur le terrain.

Deux projets présentés par Anguilla ont été sélectionnés par le programme BEST et sont actuellement en cours de réalisation. Romain Renoux a rendu visite à ses voisins insulaires les 11 et 12 avril 2017 en compagnie d’Élise Queslin, chargée du projet BEST au Carspaw, afin d’évaluer l’avancée de ces projets.

Premier projet : protéger les tortues marines d’Anguilla

Second projet : préserver l’iguane des Petites Antilles

 + infos

Les participants à l’atelier - Workshops participants

Nous vous parlions en avril dernier du projet de mise en réseau d’aires marines protégées des pays limitrophes de l’Océan Atlantique, Nord et Sud. Portée par la Commission européenne, l’idée a vu le jour après que Romain Renoux, coordinateur du projet européen BEST pour les îles de la Caraïbe et représentant du sanctuaire Agoa de protection des mammifères marins à Saint-Martin, ait présenté à Bruxelles les actions menées par Agoa et la Réserve naturelle dans le cadre de la mission Megara, sur les corridors de migration des baleines à bosse, qui ne connaissent pas les frontières.+ infos

Best, Voluntury Sceme for Biodiversity and Ecosystem Services in Territories of European Overseas

Le programme européen BEST a lancé son troisième et dernier appel à projets en faveur de la biodiversité des PTOMs de la Caraïbe et en a présélectionné huit. Le montage des dossiers pouvant s’avérer complexe, un atelier de renforcement des capacités a été organisé à Saint-Martin les 15 et 16 juin au Beach Hôtel de Marigot afin de former et d’accompagner les candidats, avant la remise de leur dossier final. Anguilla a participé, aux côtés de Bonaire, des Bermudes, des îles Cayman, de Curaçao, de Saint-Barthélemy, de Sint Maarten et des Turks & Caicos. Ce sera à un comité d’experts d’évaluer les propositions, et à la Commission européenne de retenir les meilleures.+ infos

L'Equipe

Nicolas Maslach

- Nicolas Maslach

Directeur et Conservateur de la RNN et représentant du Conservatoire du littoral

Franck Roncuzzi

- Franck Roncuzzi

Responsable du pôle "Police de la Nature, administration et logistique" :
commissionnements faune / flore, circulation des véhicules terrestres à moteur

Julien Chalifour

- Julien Chalifour

Pôle "Missions et suivis scientifiques"

Romain Renoux

- Romain Renoux

Pôle "Coopération régionale et animation pédagogique"

Christophe Joe

- Christophe Joe

Pôle "Police de la Nature et sensibilisation" :
commissionnement Conservatoire du littoral

Steeve Ruillet

- Steeve Ruillet

Pôle "Police de la Nature et sensibilisation" :
commissionnements réserve naturelle terrestre, réserve naturelle marine, loi sur l’eau et Conservatoire du littoral

Amandine Vaslet

- Amandine Vaslet

Chargée de mission CAR-SPAW/ RNSM "
Projet Européen BEST"

Caroline

- Caroline

Chargée d’étude pôle « Missions et suivis scientifiques » "
Milieux terrestres et lacustres

? Haut