La Réserve naturelle de Saint-Martin est une aire marine protégée de 30km2 située au nord-est de l’île de Saint-Martin. Créé en 1998, cet espace préserve les cinq principaux écosystèmes de l’île : récifs coralliens, mangroves, herbiers de phanérogames, étangs et forêt sèche littorale. La Réserve gère également les 14 étangs du Conservatoire du littoral et ses 11 km de rivages terrestres naturels.

Journal de la Réserve Naturelle de Saint-Martin

Le Journal de la RESERVE NATURELLE DE ST.MARTIN

Newsletter 25 - 2016

Le Journal de la Réserve

Journal-25

Téléchargez le PDF:
Download PDF - Télécharger le PDF
Nicolas Maslach, Direceur de la Réserve Naturelle de Saint-Martin

Nicolas Maslach, Directeur de la Réserve Naturelle de Saint-Martin

Depuis plus de 15 ans, la Réserve naturelle accomplit du mieux qu’elle le peut ses missions de conservation et de valorisation de l’environnement. Elle veille à ce que les sites terrestres et marins dont elle a la gestion restent intacts et naturels. Cette vigilance a pour conséquence que ces sites sont ceux dont notre île s’enorgueillit le plus aujourd’hui et qui participent le plus à l’attrait touristique du territoire. Ces efforts constants sont le résultat d’une vision et d’une stratégie à long terme, qui a permis à la Réserve de renforcer ses activités scientifiques, de nouer des liens avec ses pairs de la Caraïbe et d’établir des partenariats avec les quelques 80 sociétés partenaires qui accueillent plus de 400 000 touristes chaque année. C’est aussi cette vision à long terme qui va permettre à Saint-Martin d’innover en se dotant d’un outil multifonctions et unique dans la Caraïbe : l’Institut caribéen de la biodiversité. La réserve est fière d’apporter sa contribution au développement scientifique et culturel de Saint-Martin par l’intermédiaire de cet institut qui affirme aussi sa vocation touristique et économique et que nous avons le plaisir de vous dévoiler en partie dans cette édition.
 

Le Journal de la Réserve

L’amélioration des connaissances sur les espaces et les espèces protégées

Aperçu de l’Institut caribéen de la biodiversité insulaire

Le cabinet d’architecture Véronique Descharrières a été choisi parmi les trois cabinets sélectionnés à la suite du concours lancé l’année dernière pour réaliser le projet d’Institut caribéen de la biodiversité.

Ce cabinet a entre autres réaménagé le Parc zoologique de Paris-Vincennes, un travail qui a donné lieu à la conception de six zones représentatives des écosystèmes de la planète. L’avant-projet proposé et retenu pour l’Institut présente plusieurs intérêts majeurs, dont une bonne maîtrise des coûts d’investissement et de fonctionnement, une structure en béton sur pilotis - atout supplémentaire sur un territoire soumis aux aléas cycloniques et sismiques -...+ infos

The Nature Foundation in the field

Comme la Réserve naturelle de Saint-Martin, la Nature Foundation de Sint Maarten s’intéresse aux différentes espèces de requins présentes autour de Saint-Martin.

Dans le cadre du programme néerlandais «Save our sharks», deux étudiants en stage à la Nature Foundation, encadrés par le bureau d’études IMARES, ont travaillé à la mise en oeuvre de l’inventaire des espèces de requins fréquentant les eaux des deux parties de l’île. Cette mission a complété l’échantillonnage existant avec l’observation de nouvelles espèces sur de nouvelles zones. Sur la partie française, en collaboration avec le pôle scientifique de la Réserve, de nouvelles espèces au stade juvénile ont...+ infos

Marking a juvenile shark

Océane Beaufort a effectué une quatrième mission à Saint-Martin du 16 au 21 novembre 2015,

toujours en collaboration avec le pôle scientifique de la Réserve naturelle dans le cadre de la mission Negaprion. Cette spécialiste des requins était de retour du Panama, où elle a participé à un colloque scientifique du Gulf and Caribbean Fishing Institute, au cours duquel une session a été consacrée au suivi scientifique des requins et des raies. À Saint-Martin, il s’est agi de faire le tour des sites déjà identifiés comme zones de nursery pour les requins citrons, mais surtout d’observer la présence de juvéniles de requins dans une zone déjà observée précédemment, ainsi...+ infos

An archeologist at work

Saviez-vous que Saint-Martin recèle plus d’une vingtaine de grottes et cavités, dont cinq sur l’îlet de Tintamare?

Ces espaces cachés sont le plus souvent peu fréquentés, une caractéristique qu’apprécient les archéologues. Ils y ont en effet plus de chances qu’ailleurs d’y découvrir les éventuels indices de présence humaine ou animale accumulés au fil du temps et d’en dater les couches successives. C’est ainsi qu’une équipe de chercheurs spécialisés en archéologie est venue faire une inspection des cavités et des surplombs naturels fin février 2016. Originaires de Montpellier et de Guadeloupe, ces universitaires n’ont pas été déçus. Ils ont fait d’intéressantes...+ infos

Camille Morin participated in «Reef Check»

Camille Morin, en stage à la Réserve naturelle entre novembre 2015 et février 2016, accomplit plusieurs stages pendant l’année de césure prévue par son école d’ingénieur en agronomie de Bordeaux

et a contribué à traiter et valoriser les données du suivi de l’état de santé des récifs et des herbiers dans et en dehors de la Réserve. Ce document, créé en 2008, répertorie la présence de la flore et la faune marines sur les stations étudiées - coraux, éponges, algues, gorgones, oursins, poissons, mollusques, herbiers... - ainsi que leur état de santé. Ce suivi s’affine et se renforce au fil du temps et l’on est passé de deux à six stations au total, à l’intérieur et...+ infos

Maxence Morel

Maxence Morel, étudiant en master 2 à l’université de Corte, étudie la gestion intégrée du littoral et des écosystèmes.

En stage à la Réserve naturelle de février à juillet 2016, il se consacre à l’étude des cactus et du gaïac, sous la supervision de Caroline Fleury. Sa mission est de cartographier ces espèces protégées, mais également de mettre à jour l’état de santé du Melocactus intortus sur les sites de Cactus Place et de Babit Point, ce cactus étant menacée depuis 2011 par la chenille Cactoblastis et son papillon. Ce lépidoptère, présent à Saint-Barthélemy où il a fait des ravages, a été importé en 1957 à Nevis. L’étudiant a recensé les trois quarts des...+ infos

This turtle had numerous tumors due to a herpes virus.

Alerté par un riverain de la baie de Cul-de-Sac, les agents de la Réserve ont récupéré le cadavre d’une tortue verte échouée sur la plage.

L’animal présentait de nombreuses tumeurs, typiques de la fibropapillomatose. Cet herpès virus, originellement connu dans les eaux de Tahiti, touche à présent les tortues du monde entier. L’occurrence de cette maladie, normalement non transmissible à l’homme, souligne l’importance de ne pas toucher les tortues, notamment pour ne pas favoriser la transmission du virus d’un individu à l’autre. La Réserve est en charge du réseau local d’échouage des tortues marines et des mammifères marins et invite les témoins à lui signaler les...+ infos

La maîtrise des impacts anthropiques sur les espaces protégés

La baie de Cul-de-Sac envahie par les sargasses

Comment traiter les sargasses sans porter atteinte à l’environnement et notamment à la ponte des tortues marines.

C’était le thème de la formation dispensée aux brigades vertes le 21 octobre 2015 par le pôle scientifique de la Réserve naturelle. La création de ces brigades répond à la problématique des sargasses et émane d’une collaboration entre la Préfecture, la Collectivité et la Réserve naturelle. Deux groupes d’une douzaine de jeunes brigadiers accompagnés de leurs encadrants ont été sensibilisés à la stratégie la plus écologique de ramassage des sargasses et de leur évacuation. Ils ont d’abord découvert la biologie des tortues marines et leur cycle de vie...+ infos

Charlotte Bousquet

Pourquoi y a-t-il tant de tortues vertes à Tintamare?

Parce qu’elles y sont protégées, bien sûr, mais surtout parce qu’elles se nourrissent sur l’herbier qui en tapisse les fonds. C’est dire l’importance de cet écosystème et la nécessité de sa bonne gestion, notamment par la présence de dix-sept corps-morts, mis à la disposition des plaisanciers par la Réserve. Cet herbier est l’objet de la mission de Charlotte Bousquet, étudiante à l’université de La Rochelle en master 2 «sciences de l’environnement et de l’écologie littorale», en stage à la Réserve naturelle de février à juillet 2016. L’étudiante a commencé par étudier et décrire cet herbier, avant d’observer l...+ infos

Biohab St.Barth

Dans un contexte mondial de raréfaction du couvert corallien, les projets d’habitats artificiels sousmarins se multiplient, l’objectif étant de développer la biomasse en favorisant la survie des poissons et des crustacés.

Invité à Saint-Barthélemy début mars par l’Agence de l’environnement à l’occasion de la «Semaine de la mer», Julien Chalifour a présenté le projet BioHab, mis en place depuis 2014 dans les fonds de la Réserve naturelle de Saint-Martin, et dont les résultats ont dépassé les espérances. Cinq mois après la mise en place des modules en parpaings, 33 espèces s’étaient installées sur ce site auparavant désert et l’on comptait 151 individus pour 100...+ infos

Actions de Police

Kite surfing forbidden at Galion!

Le kitesurf est interdit au Galion par arrêté préfectoral, mais certains usagers ne l’entendent pas de cette oreille.

Deux procès-verbaux ont été dressés à l’encontre de deux kitesurfers, qui se sont opposés au contrôle des gardes et ont refusé de donner leur identité. Ils seront convoqués au tribunal correctionnel et risquent jusqu’à 1500 euros d’amende. Par ailleurs, 5 kitesurfers ont été verbalisés et ont dû payer 135 euros en timbre-amende

 + infos

78 patrouilles en 3 mois

Depuis le 1er janvier 2016, l’équipe des gardes de la Réserve naturelle a procédé à 78 patrouilles et a enregistré 17 contrôles non conformes. Les patrouilles peuvent avoir lieu le weekend, mais pas systématiquement, le calendrier des patrouilles étant décidé en fonction de l’ensemble des activités des gardes.+ infos

Le Rocher Créole Creole Rock © Christophe Joe

 Nourrir les poissons dans la Réserve naturelle est interdit.

Un opérateur de sorties en mer l’a appris à ses dépens après que les gardes l’aient surpris en train de nourrir les poissons avec ses clients, au mouillage au Rocher Créole. Il a été interdit de Réserve naturelle durant les fêtes de fin d’année, pendant deux semaines. Le nourrissage des poissons est interdit pour de nombreuses raisons, dont voici quelques-unes : certains poissons peuvent devenir agressifs et des espèces dangereuses peuvent être attirées, cet apport artificiel de matières organiques peut avoir un impact négatif sur l’environnement, la nourriture peut polluer l’eau, les aliments proposés...+ infos

Contrôle d’un pêcheur en mer | Control of a fisherman at sea

Du 16 au 19 janvier, l’équipe des gardes de la Réserve naturelle a participé à une mission interservices en mer,

aux côtés de la brigade nautique de la gendarmerie, de la direction de la Mer et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Les gardes de la Réserve et une équipe de l’ONCFS ont procédé à plusieurs contrôles de pêche, à bord du bateau de la Réserve. Ces contrôles ont eu lieu dans les eaux et hors des eaux de la Réserve et ont donné lieu à des saisies de lambis et de poissons réglementairement trop petits pour être pêchés. Des lambis ont également été saisis sur le marché aux poissons.+ infos

La restauration des milieux et des populations dégradées

Ruines de l’ancien hôtel au Galion | Ruins of the old hotel at Galion

Les ruines de l’ancien hôtel en bordure de la plage du Galion ne seront bientôt plus qu’un disgracieux souvenir.

La procédure suit son cours et le marché de démolition a été notifié aux deux entreprises attributaires. La première, chargée de désamianter le site, viendra de Martinique. Les travaux, d’une durée de deux mois environ, débuteront dans le courant du mois d’avril et les débris amiantés seront envoyés en métropole par bateau pour leur recyclage. La seconde entreprise s’attaquera au chantier de démolition proprement dit vers la fin de l’été pour laisser place nette fin 2016. L’objectif du Conservatoire du littoral dans ce projet est de restaurer les...+ infos

Babit Point, un beau site sauvage Babit Point, a beautiful undeveloped site

Grâce à l’Association syndicale libre d’Oyster Pond (ASLOP) et au Conservatoire du littoral, le site remarquable de Babit Point est retourné à son état naturel...

et le restera. La maison en ruines a été détruite et une clôture mise en place tout autour de la parcelle afin d’empêcher l’accès des véhicules. Il reste à procéder à la restauration écologique des parties dégradées ainsi qu’à l’aménagement d’une petite zone d’accueil au départ du site, ce que prévoit de faire le Conservatoire, qui va prochainement lancer une consultation auprès des riverains. Mais le public est d’ores et déjà invité à découvrir Babit Point, un site venté et aride, où les Melocactus...+ infos

La communication et l’éducation environnementale

L’observatoire aux oiseaux de l’étang de Chevrise  The bird observatory at the Chevrise salt pond

Comme nous l’annoncions dans notre édition précédente, l’observatoire aux oiseaux de l’étang de Chevrise est ouvert au public,

en bordure de l’espace de stationnement de la résidence Mont Vernon. Il est ainsi possible d’observer dans les meilleures conditions l’avifaune qui fréquente l’étang de Chevrise. Cet étang détient la palme du «birdwatching» en matière de densité, puisque l’on peut y observer plus de 1000 oiseaux en seulement un quart d’heure! Grâce à ses quatre observatoires - à l’étang de la Barrière à Cul-de-Sac, l’étang du cimetière à Grand-Case, la mare Lucas à Oyster Pond et maintenant l’étang de Chevrise - Saint-Martin se fait une vraie place dans le...+ infos

Des collégiens de Marigot dans la mangrove | Middle school students from Marigot in the mangrove

Après un premier contact très réussi (lire article suivant), la Réserve naturelle a cette fois reçu des élèves de 6ème du collège du Mont des Accords, le 23 février.

Julien Chalifour et Caroline Fleury, son adjointe, ont réalisé une animation dans le cadre de la journée internationale des zones humides, si souvent négligées parce que méconnues. Ce second rendez-vous scientifique fut l’occasion de s’immerger au sein de la mangrove et de découvrir les espèces qui la composent, son rôle épuratoire et de nurserie de poissons, ainsi que de zone de repos et d’alimentation des oiseaux. Ils ont exposé les pressions qu’elle subit du fait de sa position stratégique en...+ infos

Les récifs protègent de la houle la plage et la mangrove | The reefs protect the beaches and mangroves from large swells

Sensibiliser les jeunes aux impacts du changement climatique sur les écosystèmes de l’île.

Voici le thème que Julien Chalifour, en charge du pôle scientifique à la Réserve naturelle, a développé pour les élèves des classes bilingues - français et anglais - du collège du Mont des Accords, le 9 décembre 2015. Cette intervention s’est déroulée en réponse à une invitation de l’établissement, dans le cadre d’une exposition organisée par ces jeunes autour de l’environnement. À cette occasion, un auditoire attentif a pris conscience de l’importance pour chaque individu de réduire son empreinte sur le milieu naturel, le risque étant d’une part de dégrader le cadre de vie...+ infos

L’optimisation des moyens pour assurer la qualité des missions

Julie Walker

Bienvenue à Julie Walker à Saint-Martin! Début janvier, la nouvelle représentante du Conservatoire du littoral à Saint- Martin et à Saint-Barthélemy

a repris avec enthousiasme le flambeau que lui a remis Olivier Raynaud, aujourd’hui directeur de l’Agence territoriale de l’environnement de Saint- Barth. Juriste spécialisée dans le droit de l’environnement, Julie Walker nous arrive du Conservatoire des espaces naturels d’Aquitaine. Elle y était responsable du département de la Gironde, où ses missions principales ont consisté à favoriser la connaissance, la protection, la gestion et la valorisation des espaces naturels.+ infos

Le renforcement de l’intégration régionale

Caroline Fleury, qui tous les mois assure l’inventaire et le suivi scientifique des oiseaux limicoles autour de dix étangs de Saint-Martin pour le pôle scientifique de la Réserve,

a pu faire valoir que les Antilles françaises abritent un grand nombre d’espèces migratrices et résidentes lors de la réunion nationale des contributeurs à l’observatoire des limicoles côtiers, ces oiseaux qui vivent sur les zones humides côtières. L’événement s’est déroulé les 17 et 18 novembre 2015 au coeur de la Camargue, au Domaine de la Tour du Valat, centre de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes. Cette réunion a été pour la jeune scientifique l’...+ infos

Une visioconférence entre la Martinique, la Guadeloupe et Saint-Martin a réuni les membres de la commission «whalewatching» d’Agoa, le 18 février 2016.

Le but était de proposer un guide des bonnes pratiques pour mieux encadrer cette activité commerciale, aujourd’hui réglementée par une charte basée sur le volontariat. L’objectif serait de passer de cette charte à un arrêté préfectoral, en gardant l’esprit du texte original et en concertation avec les opérateurs, l’idée n’étant pas de nuire à cette activité écotouristique, mais de renforcer la protection des mammifères marins+ infos

Le public a répondu en nombre à l’invitation d’Agoa © Jean Vallette

Le «Kozé Agoa» organisé le 5 novembre 2015 au Centre culturel de Sandy Ground a eu pour objectif d’informer la population sur le sanctuaire des mammifères marins dans les Antilles françaises.

200 personnes environ ont assisté à cette conférence et ont appris grâce à Sophie Bedel qu’au moins 25 des 31 espèces de mammifères marins de la Caraïbe fréquentaient le sanctuaire, dont certaines espèces peu connues, comme la baleine à bec de Gervais. Daniel Langlois, directeur du Parc marin canadien de Saguenay Saint-Laurent et membre du conseil de gestion, a présenté un court-métrage sur les baleines à bosse, qui se nourrissent dans les eaux canadiennes en été afin de...+ infos

Paul Hoetjes a reçu en cadeau une carte marine montrant les deux sanctuaires, Agoa et Yarari © Jean Vallette

Paul Hoetjes, coordinateur de la politique de la nature au ministère néerlandais des affaires économiques et de la nature, a présenté le sanctuaire Yarari à l’occasion du conseil de gestion, le 6 novembre 2015.

Yarari, comme Agoa, est un terme amérindien que l’on pourrait traduire par «havre de paix» ou «lieu de bienêtre ». Comme pour Agoa, il s’agit de protéger les mammifères marins, mais aussi les requins et les raies. Concrètement, une réglementation détaillée définit la protection de ces animaux marins dans les domaines les plus divers, comme le transport maritime, les compétitions de bateaux à moteur ou l’interdiction formelle de pêcher un requin. Yarari...+ infos

Conseil de Gestion

Agoa est géré par l’Agence des aires marines protégées et dirigé par un conseil de gestion.

Après une première réunion en Martinique le 21 mai 2015, ce conseil a tenu son second meeting à Saint-Martin, le 6 novembre 2015. Les 53 membres du conseil de gestion d’Agoa ont travaillé sur un ordre du jour chargé, l’un des points-phare étant le résultat d’une grande étude sur l’activité commerciale dans les eaux d’Agoa, qui représente une menace potentielle pour les mammifères marins. Ils ont réfléchi aux mesures à prendre pour renforcer la protection de ces grands animaux et ont décidé, par exemple, que les opérateurs de «whalewatching» bénéficieraient à l’avenir d’une...+ infos

Agoa autour de Saint-Martin et Saint-Barthélemy

Heureux de voir la surface de protection des mammifères marins dans la Caraïbe s’étendre,

Romain Renoux, représentant du sanctuaire Agoa à Saint-Martin, et Amandine Eynaudi, responsable d’Agoa à l’Agence des aires marines protégées, travaillent sur un protocole d’échanges entre Agoa, Yarari et le sanctuaire dominicain de La Samana. Cinq axes de coopération devraient voir le jour:+ infos

On repère les baleines à bosses à leur souffle puissant  © Christophe Joe

Amie des baleines Les grands cétacés ne sachant pas qu’ils risquent d’être percutés par un voilier en régate, le sanctuaire de protection Agoa

s’est chargé d’informer les organisateurs de la Heineken Regatta et de sensibiliser les marins y participant pour éviter les collisions. Cette information s’est déroulée sur plusieurs niveaux, en commençant par un briefing des organisateurs au sujet des risques, tant pour les mammifères que pour les hommes, ainsi que sur la bonne conduite à tenir en cas de rencontre fortuite avec l’un de ces grands animaux. L’information a été reçue avec grand intérêt par le comité de course et un flyer récapitulant toutes les...+ infos

@ Cayman Islands

Le projet européen BEST touche au but. Sur le terrain, Amandine Vaslet, en charge avec Romain Renoux de coordonner le projet, ont terminé leurs consultations avec les acteurs locaux dans les différentes îles.

L’objectif de ces rencontres a été d’identifier les enjeux de biodiversité pour optimiser leur sauvegarde, en se basant sur les études scientifiques existantes, dans les 15 territoires européens de la Caraïbe. Après Saint-Barthélemy, la Guadeloupe, les six îles néerlandaises, Anguilla, la Martinique, les Îles Vierges Britanniques et Saint-Martin, Amandine Vaslet s’est rendue aux Turks and Caicos, à Montserrat et aux Îles Caïmans....+ infos

3ème colloque national des aires marines protégées

Nicolas Maslach, Romain Renoux et Julien Chalifour ont représenté la Réserve naturelle de Saint-Martin au 3ème colloque national des aires marines protégées,

qui s’est déroulé à Brest du 6 au 8 octobre 2015. Placé sous l’égide du Ministère de l’écologie, ce colloque est organisé tous les trois ans par l’Agence des aires marines protégées et l’Union mondiale pour la conservation de la nature. Plus de 500 professionnels concernés par la protection et les usages du milieu marin ont participé à cette rencontre : des gestionnaires, des socioprofessionnels, des scientifiques, des élus et des représentants des services de l’État et d’associations en provenance de toute...+ infos

L’invitation à la présentation publique | The invitation to the public presentation

Les chargés de mission sur les profils d’écosystèmes des sept «hubs» régionaux du programme européen BEST 3 se sont tous rencontrés à Bruxelles, à la Commission Européenne, en octobre 2015.

Les chargés de mission de la Caraïbe, de l’Amazonie, de la Macaronésie (Açores, Madères, Canaries, îles du Cap Vert), des zones polaire et subpolaire, de l’Atlantique Sud, de l’Océan Indien et du Pacifique ont ainsi eu l’opportunité de faire connaissance et de travailler sur les méthodologies employées pour définir les profils écosystémiques et les zones clés pour la biodiversité de leur région, en collaboration avec le CEPF (Critical Ecosystem Partnership Fund). La journée du...+ infos

L’île d’Hispaniola a été du 7 au 15 novembre 2015 le lieu de rendez-vous de la protection des «hotspots» de la biodiversité,

grâce à la présence du Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF) et de ses invités, dont a fait partie Romain Renoux pour le projet européen BEST. La première partie des rencontres a eu lieu du 7 au 11 novembre à l’est de l’île, en Haïti, puis du 11 au 15 en République Dominicaine. La mission du CEPF s’apparente beaucoup à la mission BEST, qui d’une certaine manière la complète, puisque le CEPF s’intéresse avant tout dans le monde entier aux territoires les plus pauvres, qu’elle soutient dans la préservation de leurs écosystèmes. Comme...+ infos

Au titre du projet BEST, dont il assure avec Amandine Vaslet la coordination dans toute la Caraïbe européenne, Romain Renoux

a été invité au DCNA (Dutch Caribbean Nature Alliance) board meeting, les 27 et 28 octobre 2015, à Curaçao. Cette rencontre a été l’occasion idéale pour rencontrer en un même lieu les responsables environnementaux des six territoires néerlandais de la Caraïbe, avec lesquels il a pu valider les différents profils d’écosystèmes réalisés sur les territoires. La présence du gouverneur de Sint Maarten, Eugene Holiday, lui a opportunément permis de mettre en avant les enjeux en matière de biodiversité entre les deux parties de l’île.+ infos

Les territoires européens de la Caraïbe | European territories in the Caribbean

Quatorze projets en faveur de la protection de l’environnement ont été présentés par les PTOM de la Caraïbe dans le cadre du programme BEST 2.0, qui prévoyait un financement à hauteur maximale de 400 000 € pour chaque dossier retenu.

Cinq experts - Cyril Barnerias (DEAL Martinique), Paul Hoetjes (outremer néerlandais, basé à Bonaire), Eric Newton (outremer néerlandais, basé à Curaçao), Tara Pelembe (outremer britannique), Yves Renard (expert de la Caraïbe, basé à Sainte-Lucie) ont été sollicités pour examiner chaque projet, notamment sur la base des profils d’écosystèmes réalisés par Amandine Vaslet. Depuis l’ouverture de l’appel à projets, l’équipe du hub caribéen de BEST 2.0,...+ infos

Le comité de pilotage de tous les acteurs impliqués dans le projet BEST 3,

Le 10 février à Bruxelles, a été l’occasion pour Romain Renoux, coordinateur avec Amandine Vaslet de BEST dans toute la Caraïbe, de présenter les avancées en matière d’identification des zones clés de la biodiversité dans les quinze territoires européens de la région. Vingt ateliers de consultation regroupant 130 organisations ont été bouclés à ce jour et plus de 200 experts ont été consultés en matière d’environnement et de biodiversité. À ce jour, une soixantaine de zones clés sont répertoriées et le travail de synthèse en cours verra la publication en juin 2016 de la version finale du...+ infos

Maria Zildar Richards & Romain Renoux © Alex Julien

Le groupe Mazda a fait une donation de 3 200 dollars à la Réserve naturelle de Saint-Martin

Pour son programme de protection des tortues marines. Maria Zildar Richards, directrice du groupe Mazda pour la Floride a remis ce chèque à Romain Renoux, le jeudi 25 février 2016 au Palm Beach... tout près d’un site de ponte de tortues.+ infos

L'Equipe

Nicolas Maslach

- Nicolas Maslach

Directeur et Conservateur de la RNN et représentant du Conservatoire du littoral

Romain Renoux

- Romain Renoux

Pôle "Coopération régionale et animation pédagogique"

Franck Roncuzzi

- Franck Roncuzzi

Responsable du pôle "Police de la Nature, administration et logistique" :
commissionnements faune / flore, circulation des véhicules terrestres à moteur

Julien Chalifour

- Julien Chalifour

Pôle "Missions et suivis scientifiques"

Christophe Joe

- Christophe Joe

Pôle "Police de la Nature et sensibilisation" :
commissionnement Conservatoire du littoral

Steeve Ruillet

- "Steeve Ruillet

Pôle "Police de la Nature et sensibilisation" :
commissionnements réserve naturelle terrestre, réserve naturelle marine, loi sur l’eau et Conservatoire du littoral

Amandine Vaslet

-Amandine Vaslet

Chargée de mission CAR-SPAW/ RNSM "
Projet Européen BEST"

Olivier Raynaud

Olivier Raynaud

Chargé de mission Foncier et Aménagement pour Saint Martin et Saint Barthélémy
Responsable d’antenne du Conservatoire du Littoral

? Haut